facebook        twiter

Droits réservés © - Axes et Sites 2015
Conception graphique par Anne Gérardin - Des Trucs et des Bidules

Les Oiseaux de Papier

bretagne des hommes des lieux

Le Quiz des phares

L. Cozan, D. Daniel

300 questions pour découvrir un univers où se côtoient hommes et bateaux.

12,50€ - 248 p - 12x21 cm - NB
ISBN : 978-2-916359-71-7

Description

300 questions pour découvrir un univers où se côtoient hommes et bateaux, où le ciel et la mer s’épousent à l’horizon.
À l’approche des côtes, tout se complique parfois, alors des sentinelles veillent : les phares.
Un ancien gardien de phare, Louis Cozan, vous servira de guide avant d’affronter le quiz, proposé par Dominique Daniel, passionné de la mer, et de parfaire vos connaissances.
Gardez le cap ! Les phares n’auront bientôt plus de secrets pour vous.

Extrait

Un feu au dessus de l'horizon, extrait du texte de Louis Cozan :

Ces éclats blancs dans la nuit c’est un phare, une lumière amie venue de loin par-dessus les vagues, un signal essentiel, précisément codé, qui dit au marin qu’il vient de passer d’un tronçon de mer supposé à un espace connu.
Cette tour symbole, dont l’escalier ne résonne plus aujourd’hui que sous les pas des visiteurs, porte le feu d’un phare d’atterrissage. Dans cette appellation officielle on lit d’abord sa fonction : il permet d’atterrir, de revenir à la terre. Mais on peut y voir aussi le message de la fratrie humaine, la lampe qui brille toute la nuit et indique la maison.
Car le marin n’est rien de plus qu’un terrien qui vit sur la mer ! Il n’y est pas né, la nature ne l’a pas pourvu de branchies, il est comme vous et moi.
Ce grand phare il l’a vu de loin, sa lueur a éveillé chez lui cette indicible satisfaction de désormais se situer dans un environnement reconnu, cartographié. Jusqu’alors tout n’était que calculé, possible — le plus souvent probable — mais non vérifié.
Ce grand phare est le premier de tous les établissements de signalisation maritime qui vont sécuriser la fin du voyage de ceux qui reviennent de la mer.
La prestance de ce bâtiment imposant érigé pour aider les marins, sans distinction de pavillon et sans contrepartie, le sentiment de force bienveillante qui s’en dégage, donnent à cette majestueuse œuvre humaine une solennité qui depuis toujours touche les âmes, autant celles des terriens que celles des marins.


Quelques questions :

1. Le nom commun « phare » est issu d’un nom propre grec, Pharos.
À quoi correspond-il ?
a) À une figure de la mythologie.
b) À une île située devant le delta du Nil.
c) À l’architecte qui construisit le phare.

2. La tradition prétend que les Phéniciens auraient construit un phare à Cadix au IVe siècle avant JC mais aucun texte ne l’atteste. En revanche, de nombreux voyageurs ont vu le phare d’Alexandrie qui fut considéré comme la dernière des sept merveilles du monde antique et a servi de guide aux marins pendant près de dix-sept siècles.
Quelle fut la cause de sa destruction en 1303 ?
a) Une guerre.
b) Un tremblement de terre.
c) Un raz-de-marée.

3. a. Dans les années 40, Caligula fit construire à
Gesoriacum une tour très élevée « sur laquelle, comme sur celle de Pharos, seraient allumés la nuit des feux pour guider la course des navires » et pour célébrer sa victoire sur les Bretons insoumis.
De quel port et ville s’agit-il ?
a) Dunkerque.
b) Calais.
c) Boulogne.

3. b. Quel était le nom de cette tour, également désignée sous le nom de « Phare » ou « Tour de Caligula »,
qui tiendra plus de 1 600 ans ?
a) La Tour de Guet.
b) La Tour d’Ordre.
c) La Tour de Feu.

4. En 1246, une tour à feu est érigée par Saint Louis à Aigues-Mortes, point de départ des croisés vers la Terre Sainte.
Quelle est le nom de cette tour, surnommée « la Pointue » ?
a) Tour de Constance.
b) Tour du Moulin.
c) Tour Gabriel.

5. En 1320, Robert d’Anjou fit bâtir la tour à feu du Planier de 12,50 m de hauteur à 8 milles de l’entrée de ce port méditerranéen.
De quelle ville s’agit-il ?
a) Fréjus.
b) Narbonne.
c) Marseille.

Réponses :
1. Réponse b) À une île située devant le delta du Nil.
Le nom commun « phare » est issu d’un nom propre grec Pharos, une île située devant le delta du Nil.

2. Réponse b) Un tremblement de terre.
Le phare d’Alexandrie, déjà endommagé par de nombreux tremblements de terre au cours des siècles, a été presque entièrement détruit en 1303. Sa construction, initiée par Ptolémée Ier, aurait débuté vers - 297 et duré une quinzaine d’années. L’édifice, d’une hauteur de 135 à 140 m, disposait en son sommet d’un foyer ouvert où brûlait un bûcher sur une grille métallique. Il se situait à la pointe de l’île, à l’emplacement de l’actuel fort Qaitbay.
L’architecte du phare d’Alexandrie était Sostrade de Cnide, ingénieur renommé et cité pour d’autres travaux accomplis à Délos, Delphes et Caunos. Pour certains, il ne serait peut-être que l’architecte de la statue qui surmontait le phare et non du phare lui-même.

3. a. Réponse c) Boulogne
3. b. Réponse b) La Tour d’Ordre.
La Tour d’Ordre de Boulogne. Construite en 39 ou 40, elle s’écroule en 1644. La tour était octogonale et composée de douze étages, ou plutôt de douze tours superposées, chacune en retrait d’un pied et demi sur la précédente. Sa hauteur était d’environ 60 m et elle aurait été bâtie de pierres grises et jaunes, alternant avec des briques rouges.
À la fois forteresse, tour de guet et phare, elle conserve cette triple fonction jusqu’à la chute de l’Empire romain. La tour du Guet, qui servit de feu, se trouve à Calais.

4. Réponse a) Tour de Constance.
Elle est surnommée « la Pointue » (la Pounchoudo).
Son diamètre est de 22 m, sa hauteur au sommet de la lanterne est de 33 m et l’épaisseur des murs à la base est de 6 m. La plate-forme supérieure est surmontée d’une cage ajourée en fer forgé et coiffée d’une toiture conique en plomb. Cet abri doit protéger les feux de vigie ou de guetteurs, à la fois tour de guet et phare. Les dates de début de construction (1242, 1246 ?) et d’achèvement de travaux (1254 ?) différent selon les sources.
Les tours du Moulin et Gabriel — un moulin à vent puis un sémaphore furent construits sur la plateforme — sont toutes deux situées au Mont-Saint-Michel en Normandie.

5. Réponse c) Marseille.
En 1774, la tour est rehaussée de 20 m et le feu de bois est remplacé par 14 lampes à huile.

Présentation des auteurs

Dominique Daniel (Quiz) :

Breton côté paternel, il a vécu et étudié à Nantes et Rennes, avant de s’installer à Paris où il vit et travaille. Deux grandes passions l’animent et l’ont amené à de nombreuses rencontres et diverses réalisations :
–  les Phares & la Mer : membre d’associations de sauvegarde de ce patrimoine, création de sites et du blog ‘Gardien de Phares’, écriture, traversée de l’Atlantique à la voile, galerie d’art, expositions, collection, …
– la BD & l’illustration : auteur du site de l’illustrateur Jacques de Loustal, édition de sérigraphies et de bronzes.


Louis Cozan (Témoignage) :

Né à Ouessant en 1947 dans une famille de marins et de gardiens de phare, Louis Cozan
a passé toute son enfance sur cette île. Après 5 années à la marine marchande, il postule pour le métier des phares et monte à  la Jument le 24 décembre 1968. Après 15 ans de service (Kéréon, Antifer, Sein), il rejoint la terre et continue de s’occuper des phares jusqu’en 2002.
Passionné de mer et de bateaux, il consacre ses loisirs à naviguer, restaurer des bateaux traditionnels et transmettre toute cette culture maritime. Il enseigne l’art de la godille aux jeunes enfants de la côte avec ses amis.
En 2010, il écrit ses souvenirs. Un feu sur la mer est récompensé en 2011 par le Prix ‘Essai’ au Salon International du Livre Insulaire d’Ouessant.