facebook        twiter

Droits réservés © - Axes et Sites 2015
Conception graphique par Anne Gérardin - Des Trucs et des Bidules

Les Oiseaux de Papier

collection livres broceliande generaliste titre

La lande perdue

À l'aube de la crise des fermes de 1921.
Sylvain Le Bail

La lutte des paysans bretons.

15€ - 128 p - 15x21 cm - NB
ISBN : 978-2-916359-45-8

Description

À qui appartient La Lande ?

Lors de la colonisation agricole de 1849, l’État accorda l’usufruit des terres de La Lande aux colons bretons qui les défrichèrent. Malheureusement, au début du XXe siècle, aucun de ces paysans ne put attester d’un titre de propriété. Profitant de ce vide juridique, Honoré Le Corvec, puissant maire et notaire de la commune de Restinic, tenta d’en prendre possession.
Job Le Bihan est l’un de ces fils de colons. Rude paysan, insoumis, il va s’opposer au maire et oser se présenter contre lui lors des élections municipales de 1908. Alors que la chance semblait être du côté des paysans, la terrible crise des fermes de 1921 remet tout en question.
Job va-t-il devoir quitter La Lande et abandonner la terre de ses ancêtres ?

L’auteur, lui-même petit-fils de paysans bretons, nous entraîne dans ce roman historique sur les traces de ces paysans, dans leur quotidien et dans leur lutte pour la survie.

Extrait :

Chapitre I : Kerauter

Une épaisse brume montée du canal se mélange à celle des terres encore transpirantes. La terre fume, ce matin d’automne 1904. La veille, le soleil a chauffé abondamment La Lande. Les brins de paille, résidus de la dernière moisson semblent se consumer, comme des cendres de tabac. Avant même que l’Angélus n’ait été sonné, Job Le Bihan sort de sa ferme. La journée s’annonce longue.
Devant la porte, il s’impatiente. Son fils, Louis, tarde à venir. François est déjà là. Ils ont pris ensemble leur café, discuté du travail de la journée, du temps qu’il fait, de quelques banalités, en attendant Louis. Job est irrité, son ouvrier est déjà là et la journée se paie dès qu’elle est commencée, souvent au lever du jour.
François est un journalier qui loge dans un galetas, une chambre sommaire au grenier, le temps de son embauche, sur la ferme de Job. Il est employé aux travaux des champs et à toutes sortes d’autres tâches. Lorsque Job et les voisins veulent bien l’embaucher, il travaille à la journée, pour quelques francs. Il lui est arrivé, dans les périodes de disette, de mendier son pain. C’est un homme affable et courageux.

Présentation de l'auteur :

Né en 1958 à Bergerac (24), technicien agricole de formation, Sylvain Le Bail entre dans la police nationale en 1986. Membre de la Ligue des Droits de l’Homme, il s’investit à titre humanitaire au Kosovo et localement comme correspondant du quotidien Sud Ouest. En 1998, il écrit son premier livre pour défendre la cause d’un ami réfugié kosovar puis il publiera d’autres ouvrages sur le thème historique. Il est aussi l'auteur de "Coeurs de Breizh" paru en 2009 dans nos éditions où il témoigne de son attachement à ses racines bretonnes.