facebook        twiter

Droits réservés © - Axes et Sites 2015
Conception graphique par Anne Gérardin - Des Trucs et des Bidules

Les Oiseaux de Papier

collection livres broceliande generaliste titre

Puisque tu dois mourir

Charles Doursenaud

Un polar palpitant dans la Brocéliande des années 1980.

18€ - 320 p - 15x21 cm - NB
ISBN : 978-2-916359-66-3

Description

1942, un officier nazi découvre sur l’île d’Aval la tombe du roi Arthur… 

36 ans plus tard, Paimpont et Brocéliande sont la cible de promoteurs immobiliers peu scrupuleux.
Leur objectif est clair : transformer la forêt en parc d’attractions.
Le projet divise la population et d’étranges lettres, fondées sur les prophéties de Merlin, commencent à circuler.
Un homme est retrouvé assassiné, une lance plantée dans le corps…
Au milieu des superstitions et des mythes, un officier de la PJ rennaise va être confronté à d’étranges pratiques.
Ici plus qu’ailleurs, le mystère est partout.

Extrait :

Les 13, 14, 15 et 16 juin 1978, toute la presse régionale fit ses choux gras de l’événement et multiplia ses tirages par trois. Les bulletins d’information de France-Bretagne et de France-Régions 3 furent exclusivement consacrés à l’œuvre gigantesque qui allait bouleverser l’avenir de la province bretonne, faire de sa zone géographique centrale, actuellement endormie dans la stagnation économique, un lieu de vie extraordinaire, un pôle financier et intellectuel unique en France, pour ne pas dire en Europe. Tous les jours, la une des quotidiens afficha des gros titres du genre :
Paimpont : un projet pharaonique
Brocéliande : la révolution économique
Bretagne, terre d’avenir
Le porhoët ou la renaissance bretonne.

Sur TF1, Roger Gicquel développa le sujet dans le journal télévisé de 20 heures et quelques magazines nationaux lui emboîtèrent le pas. L’un d’eux imprima en couverture, sur fond d’eau vaporeuse et d’arbres traversés de rayons lumineux :
Brocéliande ! La forêt des merveilles ! (titre effrontément volé à Charles Le Goffic).
Un autre, des plus connus, osa même proclamer : Le roi Arthur n’est pas mort !

Un nom revenait dans chaque paragraphe des articles et dans chaque phrase des présentateurs de radio ou de télévision : celui du prestigieux personnage à l’origine du programme qui allait donner à la région un essor prodigieux et qui aurait vraisemblablement un impact au plan national. Sa photo, en buste ou en pied, apparaissait en première page. L’homme avait le visage empâté, le cheveu raide, taillé court, des favoris assez larges qui descendaient sur ses joues jusqu’au bas de ses lobes d’oreilles ; son regard paraissait joyeux, mais en l’examinant attentivement, on y décelait un éclat moqueur, dédaigneux, qu’accentuait le sourire narquois de sa bouche lippue ; il avait l’assurance arrogante d’un riche parvenu, imbu de sa personne, quelque chose de vulgaire et d’antipathique derrière sa respectabilité extérieure. De toute évidence, c’était le genre d’individu qui prenait les autres pour des cons. Il avait 59 ans et s’appuyait sur une canne.
Il se nommait Henri Carduel.

Le samedi 17 juin, France-Régions 3 bouleversa ses programmes de l’après-midi pour diffuser une émission spéciale.
– Les dés sont jetés ! avaient claironné des flashs réguliers. Le soleil se lève désormais à l’ouest. Henri Carduel sera présent dans nos studios pour répondre à nos questions sur le plus grand chantier privé qui ait jamais été entrepris en Bretagne et qui monopolise l’information depuis l’annonce officielle de sa prochaine ouverture. Quels seront les enjeux économiques pour notre région ? Brocéliande deviendra-t-elle un site phare emblématique ? Nous vous donnons rendez-vous sur notre antenne, à 15 heures samedi, pour suivre « Paimpont ou le défi breton ».

Présentation de l'auteur :

Charles Doursenaud  a passé son enfance à Tréguier (Côtes-d’Armor), sa ville natale, avant de poursuivre ses études à Saint-Brieuc et Rennes. Professeur à Vannes, Mauron puis Lannion, il a toujours été passionné par l’histoire de la Bretagne. Il cherche au fil des documents d’archives les détails de la vie courante, les atmosphères, les émotions qui donnent à l’existence de ses personnages couleur et mouvement.
Du même auteur :
- Aux éditions Le fou de bassan : L’assassin frappe à Guingamp, L’affaire Corlouêt, forçat matricule 407, Crimes & filouteries au pays de Tréguier, Les contrebandiers de Plougrescant et Le sang des Cent-Jours un épisode de la chouannerie en Trégor.
- Aux éditions Les oiseaux de papier : Le fusil de récompense, L’ombre du corbeau, Les Semailles de Satan.